© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

La présence de pesticides dans les cours d'eau de Guadeloupe a été découverte au début des années 2000. D'une utilisation passée ou présente, ces pesticides se retrouvent dans l'eau de nos rivières après avoir été épandus sur nos cultures et lessivés par les pluies tropicales. Ces molécules transitent ainsi du sol à la rivière. Trois de ces molécules se retrouvent régulièrement dans les analyses d'eau effectuées par l'Office de l'eau Guadeloupe dans des concentrations supérieures à la concentration autorisée au titre de la directive cadre sur l'eau1. Il s'agit de la dieldrine, du lindane et du chlordécone. Toutes ses substances appartiennent à la famille des pesticides de type organochlorés. Toutes ses molécules sont toxiques pour les organismes aquatiques et très persistantes dans le milieu. Le chlordécone est le produit le plus rémanen...

Le chlordécone est un pesticide faisant partie des organochlorés. C’est une substance très stable, qui se dégrade difficilement et qui s’accumule durablement dans les sols et les graisses. Cette molécule, dont la dangerosité était connue, a été commercialisée légalement en France entre 1981 et 1990 sous le nom de Curlone. Durant de nombreuses années, ce produit antiparasitaire de lutte contre le charançon a été utilisé par les producteurs de bananes de Martinique et de Guadeloupe. Alors que l’usage du chordécone a été définitivement banni en 1990 en France métropolitaine, les préparations à base de chlordécone n’ont été interdites d’usage dans nos deux régions qu’en 1993, suite à deux arrêtés ministériels qui ont autorisé les importateurs des Antilles à continuer à vendre et utiliser du chlordécone pour écouler leurs stocks. À aucun mome...

May 18, 2016

Les algues sargasses s’échouant sur les côtes de la Guadeloupe et des autres îles de la caraïbe sont les espèces Sargassum natans et Sargassum fluitans. Ces végétaux sont maintenus à la surface des océans par de petites poches sphériques remplies d’un gaz produit par l’algue elle-même. Elles peuvent ainsi croître et se diviser au large sans se fixer, et survivre sur de longues distances. Des études récentes utilisant l’analyse d’images satellitaires ont montré que ces sargasses ne proviennent pas de la mer des sargasses comme on pourrait le supposer à priori. Ces amas d’algues proviennent d’une nouvelle région située au nord de l’estuaire de l’Amazone, au Brésil.  Elles sont ensuite poussées par les courants océaniques et le vent des systèmes dépressionnaires de la zone de convergence intertropicale. Elles bénéficient pour se reproduire...

September 10, 2014

Le 26 mars 2014, le projet de loi-cadre biodiversité était dévoilé. Un projet de loi qui prévoit la création d’une Agence française de la biodiversité chargée de «protéger et promouvoir la biodiversité ». Depuis 1976, la France n’avait pas légiféré sur ce domaine. L’évolution des législations internationales (Protocole de Nagoya – Convention de Rio) qu’elle a ratifiée, l’oblige à faire évoluer son droit national. Ces traités visent à rééquilibrer les relations commerciales Nord/Sud, éviter le biopiratage (le vol de ressources génétiques au détriment des populations locales) et le partage des avantages tiré du commerce de ces ressources génétiques.  La France se trouve dans une situation sensible : elle est à la fois pays utilisateur de ressources génétiques et pays possesseur de ressources génétiques, grâce aux territoires d’outremer, el...

Please reload