© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

Selon la formule traditionnelle, c’est en fouillant dans mon grenier que je suis tombé sur un peu par hasard sur une vraie bonne enquête consacrée au Paysage Audiovisuel Guadeloupéen (PAG) de l’époque.  Publié en décembre 1997 sous la plume de notre consœur   Marie-France Grugeaux   dans « Sept Magazine « (un hebdo qui a depuis sombré corps et biens,) ce long papier très exhaustif passait au crible notre PAG, mais était curieusement très silencieux, sur les rapports entre médias et politique en Guadeloupe. Près de 20 ans après comment le PAG a-t-il évolué ? Quel est le poids de ces médias dans le débat politique ?

1997 : Un paysage audiovisuel atone. En décembre 1997 quand paraît l’article cité en référence, 4 chaînes privée made in Guadeloupe se partagent l’audience. Archipel 4 qui appartient à Jacques Fahed, un Guadeloupéen d’...

Rencontre d’une femme engagée, aux multiples facettes, Vice-président du Conseil Régional, Président de la Commission environnement et cadre de vie et récemment élue président du Comité de l’eau et de la biodiversité. Parlons du tout-politique et du bilan Chalus... L’après deux ans...

Voilà deux ans que vous faites partie de cette majorité, et l’on a un peu le sentiment de naviguer dans le flou, d’avancer à tâtons… On s’évertue à chercher le consensus pour ne pas blesser les egos, on travaille avec le Tout-Guadeloupe. Mais qu’en est-il de vos engagements ? Qu’avez-vous fait après 2 ans ? Quel est votre bilan ? Auriez-vous oublié les priorités des Guadeloupéens dont sont le chômage, l’eau, le transport et le pouvoir d’achat ? Notre équipe régionale parvient à la tête de la Collectivité régionale en décembre 2015, effectivement, d...

Le vendredi 22 septembre 2017 dernier nous avons assisté à la mise en scène télévisuelle de la signature des ordonnances réformant le code du travail par le Président de la République Emmanuel MACRON, symbole de sa révolution sociale en marche. L e recours aux ordonnances pour légiférer interroge nos institutions démocratiques tant dans sa forme que dans son contenu et suscite une vague continue de commentaires depuis sa conception jusqu’à sa publication, en passant par son élaboration. Le 1er janvier 2018 seront en vigueur les cinq ordonnances visant à « renforcer le dialogue social ». Est-ce comme certains l’ont exprimé un coup d’Etat social ou la refondation d’un nouveau modèle social ? Tout d’abord, il convient d’énoncer cette évidence, le choix du recours aux ordonnances est parfaitement légal et constitutionnel, lesquelles sont rég...

« Sky’s the limit », le ciel est la limite affirmait Emmanuel Macron lorsqu’il a engagé sa marche vers l’Elysée. Pourtant, personne à ce moment-là n’imaginait sa qualification au second tour et encore moins sa victoire au soir du 7 mai. Mais par force de ténacité, de culot et grâce à quelques coups de pouce du destin, à 39 ans, l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron est devenu le président de la République avec 66,06% des suffrages contre Marine Le Pen au sortir d’un second tour dominé par la plus forte abstention depuis 1969. 

Chronologie d’une ascension macronique. Peu après 21h, Emmanuel Macron s’est exprimé depuis son QG, situé dans le XVe arrondissement de la capitale. « Vous avez choisi de m’accorder votre confiance et je tiens à vous exprimer ma profonde gratitude. […] Je connais les difficultés économiques, les fractures...

August 7, 2017

« L’image doit sortir du cadre (1) ».

Par cette phrase sentencieuse, Michel Foucault explique comment la période de l’histoire conditionne ce qui est politiquement correct et de fait, ce qu’il n’est pas acceptable de dire. Le philosophe nomme ces conditions spatio-temporelles du discours, l’épistémè. Toute sa vie politique durant, l’Homme Césaire, s’est trouvé confronté à cet obstacle avec pour effet, l’opposition de certains et l’effarouchement des autres au moment où, dès la fin des années 50, il questionnait le statut des départements d’outre-mer et singulièrement celui de la Martinique (2) . En dépit, de ses nombreux discours passionnés et de quelques avancées, la Martinique reste régie depuis plus de 71 ans, par le statut de l’assimilation législative. La raison semble désormais évidente. A l’époque où CÉSAIRE fait de l’autonomie la...

August 7, 2017

La campagne des présidentielles est terminée et un nouveau messie est à la tête de la République française. A voir l’engouement que suscite le marcheur en chef, nul doute qu’il a entièrement raison de se qualifier lui-même de Jupitérien (si, si, je demande au lecteur curieux de rechercher par lui-même ce qu’Emmanuel Macron entend par là). Quoiqu’il en soit, les électeurs, à la recherche d’un nouveau souffle, souhaitant donner une leçon aux vieux politiques et en même temps dans l’attente d’un homme providentiel ont validé au second tour de la présidentielle le bulletin de vote du nouvel Obama. Il est vrai que la victoire a été rendue facile au nouveau venu : le candidat des Républicains, très largement choisi lors des primaires de son parti, a fait en sorte, en se maintenant malgré des affaires, SES affaires d’affaiblir considérablement...

Dès la proclamation des résultats, Benoit Hamon a voulu se présenter comme le candidat du renouveau. « Ce soir, la gauche relève la tête », a-t-il ainsi déclaré, devant un parterre de militants rassemblés pour célébrer sa victoire. Une manière, pour le député des Yvelines, de tourner la page d’un quinquennat marqué par la déception d’une partie de l’électorat de gauche. Reste que la victoire de ce rocardien de la première heure, ouvre désormais une période de difficultés à surmonter face à des choix stratégiques potentiellement contradictoire. Son succès est en effet à la confluence d’un double électorat : un réel vote d’adhésion à l’orientation qu’il a défendue tout au long de sa campagne, mais aussi un vote de rejet de Manuel Valls. Si le premier constitue sans doute un socle pour l’ancien ministre de l’Éducation, la direction que pren...

Comme François Fillon à droite, Benoît Hamon a réussi son hold-up sur la primaire de la gauche. Avec près de 60% des voix, la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la Belle Alliance Populaire (#LaBAP) est claire et nette. Et les 2 millions de personnes qui se sont déplacées au second tour lui donne une légitimité et une dynamique incontestables. Seront-elles cependant suffisantes pour affronter ses deux concurrents, celui du centre-droit, Emmanuel Macron, et celui de la gauche alternative, Jean-Luc Mélenchon ? La bataille qui s’annonce, à l’intérieur comme à l’extérieur du Parti socialiste, pour la recomposition de la gauche, est passionnante. Elle fait écho aux bouleversements survenus depuis la crise de 2008 dans l’ensemble des sociales-démocraties européennes. Et l’élection présidentielle de 2017 qu’on imaginait écrite d’avance, a...

Le Front national au porte du pouvoir ? « Notre progression est déjà spectaculaire, peu importe finalement le candidat que l’’UMPS’’ mettra face à nous. Nous gagnerons », a ainsi déclaré Marine Le Pen, lors de l’université d’été du Front national de la jeunesse à Fréjus. Il faut dire que les indicateurs sont presque tous au vert pour le FN. Et pour cause, un sondage Elabe conduit par « Les Echos » et Radio classique place la présidente du Fn en tête avec 26 % des intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle quoiqu’il arrive. D’autre part, à la question posée par l’Ifop pour Valeurs actuelles « Pensez-vous qu’il soit possible que Marine remporte le second tour de l’élection présidentielle en mai prochain ? », pas moins de 61 % des Français répondent ‘’oui’’ (oui, tout à fait possible à 17% et oui, plutôt possible à 44 %...

"L’usage de « la primaire » est un viatique qui favorise la confrontation d’idées et les débats en prenant à témoin l’espace public qui sera convié à se prononcer. "

Depuis 2012, les « primaires » semblent s’imposer comme étant le meilleur moyen pour les partis politiques dits de gouvernement (Parti Socialiste – Les Républicains) de choisir leur candidat (e) à l’élection présidentielle. Le suffrage universel est alors invité à sceller le sort des appétits aigus divergents mus par la volonté d’exercice du pouvoir, en qualité de chef de l’Etat. Un double filtre citoyen est alors instauré : en amont au niveau des partis, et, en aval, pour l’ensemble de la communauté nationale en âge de voter. Les primaires constituent sans nul doute une nouveauté de la procédure d’accession au pouvoir présidentiel, tout en renforçant le rôle éminent que conf...

Please reload