© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

STEVY MAHYE, RENAISSANCE WOMAN

Une fin d’après-midi, posée sur la terrasse, les mots et mélodies de « Beautiful » se dessinent. De ce titre naîtra son premier album  « The beautiful side of a kreyol trip », un savant mélange de sonorités folks et créoles accompagnant des mélodies amoureuses. Son succès grandissant, Stevy Mahy est aujourd’hui une artiste reconnue à travers le monde. En passant par New-York, Paris, Londres, ou encore la Côte d’Ivoire…, elle a su imposer son style en marquant la scène de son charisme authentique et de  sa voix suave. Elle entame désormais un nouveau chapitre  de sa carrière, où elle peaufine, écrit les contours de nouvelles mélodies en allant toujours à l’essentiel – Essence, Ciel… Une façon de renaitre et de se refaire femme dans un contexte musicale expérimentale où âme et instrument se fondent en donnant lieu à un concept, une nouvelle histoire… ‘‘RENAISSANCE WOMAN’’.

 

Quel regard avez-vous sur l’industrie de la musique dite ‘‘antillaise’’ ?

La musique des Antilles francophones?Nous avons une industrie avec un marché régionalisé, on ne peut pas vraiment dire que l'on s'inscrit dans notre environnement caribéen, la musique antillaise n'est pas non plus présente à grande échelle sur le marché national, à quelques exceptions près. On produit beaucoup dans un contexte où l'industrie de la musique en général change et ne se porte pas si bien qu'avant. L'industrie de la musique antillaise, à vrai dire je ne sais pas vraiment quoi dire d'elle, je sais juste qu'il y a beaucoup d'offre concentrée sur la même demande "antillaise".

 

Un artiste doit-il forcément dénoncer?

Un artiste n'a l'obligation de rien. Il s'exprime et met à disposition son mode d'expression artistique. Alors, est ce qu'il peut dénoncer ? Oui, bien sûr si cela s'inscrit dans sa démarche personnelle. Quand cela arrive, je trouve cela salutaire car nous avons besoin de gens qui propose une alternative dans la façon de penser et de voir les choses. Un artiste crée, est canal,  porteur d'art, un artiste s'exprime, cela peut prendre la forme de révolte, de rejet, de non conformisme mais pas que ça …

 

La musique de vos parents a t’elle influencé votre style musical ?

La musique de mes parents a forcément forgé mon inconscient musical, sans aucun doute. Un style musical se construit au fil du temps, de son parcours, de ses errances et des voyages auditifs.

 

En quoi le succès vous a changé ?

Je pense que le succès isole et rend méfiant. Personnellement, paradoxalement, le succès m'a rapproché des gens. Le rapport que j'entretiens avec les personnes qui apprécient ma musique est plutôt vrai et sans ambages, sans trop de distance. Le "succès" m'a rendu plus consciente de ce que je projette en terme d'image et de message. Un plus grand nombre de personnes a accès à ce que je pense, dit, chante et cela me force à être le plus honnête que possible avec moi même pour l'être avec les autres.

 

Auteur/Compositeur/Interprète et créatrice de la marque Moun, peut-on vous définir comme une working-girl des temps modernes ?

Je suis une femme qui s’épanouît dans ce qu’elle fait. Je ne sais pas ce que l’on entend par working-girl des temps modernes. J’ai l’impression que cela évoque aussi un côté ‘‘travail acharné’’. Je ne vis pas cela comme ça. Je sais juste que j’ai envie d’aller au bout de mes différentes passions, je prends du plaisir dans des activités qui s’avèrent être rémunérées mais le maître mot reste : pouvoir m’épanouir dans tous les domaines qui me tiennent à coeur.

 

 

On dit que l’écriture est la thérapie de l’artiste, est-ce votre cas ?

Oui, oui, oui et re-oui, c’est une vraie thérapie pour moi. J’écris pratiquement tous les jours et puis j’ai mon rituel il faut que se soit dans un de mes nombreux journaux, il faut que j’écrive vraiment, pas taper sur un clavier, il faut que je sente la feuille….J’écris sans penser, j’écris juste. S’exprimer, c’est la thérapie de l’homme en général, écrire est un bon outil pour cela, artiste ou pas.

 

Vos engagements auprès d’Haïti ou encore pour la lutte contre VIH, sont-ils importants en votre qualité d’artiste ? Est-ce une façon de rester dans l’actualité ou est-ce un devoir ?

Mes engagements ne sont pas une obligation d'artiste, mais de personne… Être artiste permet parfois de faire entendre son engagement d'une façon plus importante. C’est un avantage certain, mais ma démarche aurait été la même si je n'avais pas été artiste. Il y a un moment dans sa vie où l'on se pose la question : Pourquoi je suis là, à quoi je sers, est ce que j'ai une mission, si oui laquelle? Ce moment où nos désirs ne sont pas exclusivement tournés vers nous même. Ce moment où l'on comprend un peu plus la signification d'être un, pour être bien, je dois être bien, mais je veux aussi que l'autre le soit. Je pense que cette réflexion est la base même de mon engagement envers l'autre.

 

Quand commence la liberté de l’artiste ?

Quand on se détache du regard de l'autre et que l'on rentre en immersion avec le Soi, à ce moment là, Artiste égal liberté. Après il est vrai que vendre son art, le promouvoir, le partager peut impliquer des restrictions et des freins. Mais en ce qui concerne le vrai principe de création en lui même, il n'est que dans une atmosphère de liberté, sachant tout de même que la liberté est relative.

 

Cette notion de liberté a t’elle été votre leitmotiv pour vous lancer dans l’autoproduction?

Oui, on peut dire ça. Il y a une envie d'être en charge de son travail artistique de façon un peu plus entière, plus d'implication, plus de risques et aussi plus de plaisirs ;-). Me lancer dans l'autoproduction m'a demandé beaucoup de réflexion, mais je pense que c'est quelque chose qui était en moi depuis le commencement, j'ai juste eu le courage de franchir ce pas.         

 

Avec plus 20 000 fans sur la toile, le financement participatif est-ce une logique dans votre démarche d’autoproduction ?

Cela s'est avéré être une suite logique, même si au départ je n'y avais pas du tout songé, et puis aussi au delà du côté financier c'était aussi une bonne manière de recevoir le soutien  en énergie, en paroles …de ceux qui me suivent et ça, ça aide au processus de création.

Cela permet aussi de fédérer autour d'un projet, de consolider sa base et de jauger l'impact de son travail

 

 

Votre prochain album s’intitulera « Renaissance Woman », pourquoi cette appellation ?

Cela fait deux ans que je suis dans un processus de réappropriation de ce que je suis. J’ai longtemps été victime de cet inconscient collectif qui est très lourd dans la société française qui cantonne les gens à une seule activité où toute tentative de diversification est jugée arrogante, non valable, non efficace… J'ai souvent dit que je n'étais pas une chanteuse mais une femme qui chante pour moi. La différence réside dans le fait que je ne me retrouve pas que dans le terme chanteuse, je dirais plus artiste. J’ai fait de la réalisation documentaire - j'y retourne bientôt d'ailleurs-, j'aime confectionner des bijoux et dessiner. Je veux apprendre encore tellement de choses et faire tellement de choses... Pour moi c'est ça une renaissance woman, en fait c'est une FEMME tout simplement ;-). Mais j'ai aussi choisit ce titre pour le double sens,  la notion de renaître. Cela résume bien ma philosophie, je sais que tout autour de nous est un perpétuel changement. L’univers en est l'illustration parfaite. Je n'ai plus peur de m’ouvrir à certaines choses : émotions, relations, parcours, pour pouvoir renaître, me reconstruire et me redécouvrir.

 

Quelles seront les empreintes musicales présentes sur cet opus ?

J'ai comme on dit "élargit l'espace de ma tente". Toujours beaucoup de guitares mélodiques car la guitare reste ma pierre angulaire. Sur cet album, j'ai la chance de travailler avec un guitariste passionnée et talentueux en la personne de Dener Ceide. Nous sommes sur la même longueur d'ondes, guitares et encore des guitares ;-). Mais sinon, j'ai pas vraiment réfléchi au style musical, j'ai pensé à ce que j'aimerais chanter. Cela donne un ensemble assez hétéroclite je pense, mais toujours cohérent à mon sens. Je n’en dis pas plus, il va falloir patienter encore un peu et écouter ;-).

 

Une date de prévue ?

Je viens de terminer la vidéo du premier single qui sortira très prochainement, l'album ne devrait pas tarder à suivre.

 

Crédits photos : Guillaume Aricique

 

Please reload

Please reload

À lire aussi...