© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

FANNY J, SES VÉRITÉS

Révélée en 2007 avec le titre « Ancré à ton port », Fanny J est aujourd’hui l’une des étoiles montantes de la scène Zouk.  De la Guyane, aux Antilles en passant par New-York et l’Afrique, cette Diva du Zouk a su conquérir les scènes en se réinventant au fil de ses tubes. À 26 ans Fanny J peut se réjouir du parcours accompli : 2 albums, plus de 7 récompenses, 2 scènes mythiques : l’Olympia et le Zénith, 1 disque de platine pour la reprise de Maldòn..., un parcours des plus exemplaires pour la jeune guyanaise. Il faut dire que FannyJ auteur et interprète est une femme à qui tout semble réussir, accompagné de son mentor Warren, ces deux avant-gardistes planent au-dessus de la sphère Zouk. Aujourd’hui, Fanny J nous revient avec son single «  Aucune larme » extrait de son prochain album « Mes vérités » prévu le 6 Octobre 2014. Un album annoncé comme la renaissance de l’Artiste, un nouveau départ pour d’autre conquête. A l’approche de la sortie de son prochain single «  Matelot », nous avons décidé de partir à la rencontre de l’artiste.

 

Près de six ans après le début de votre carrière, quel regard avez-vous sur ce qui a déjà été accompli ?

Premièrement, en tant qu’individu je me sens chanceuse. J’ai eu accès à des scènes telles que Le Zénith et l’Olympia (pour mes concerts solo). Et j’ai foulé celle de Bercy (pour la Nuit de l’Outre-Mer) et du Stade de France (en invité pour le concert de Kassav). Ajoutant à cela de nombreuses tournées à travers le monde. C’est juste énorme pour une fille qui était encore chez ses parents il y a huit ans… Au delà de cela, ma fierté réside essentiellement dans le lien sincère qui m’unit à mes fans. Et 7 ans après « Ancré à ton port» ils sont encore présents. Je les remercie pour les tournées effectuées à travers le monde.

 

Si c’était à refaire, referiez-vous  les choses différemment ? 

OUI et non. Il est essentiel d’être confronté à la difficulté pour progresser et évoluer, selon moi. C’est en tombant et en se faisant mal que l’on apprend à marcher et ainsi va la vie. Il est certain que j’aurais préféré m’épargner quelques désagréments mais avec du recul, j’ai conscience qu’il m’a bien fallu tout ça pour mûrir au fil des années.

 

En tant qu’artiste on est souvent confronté au jugement, au doute ou encore à la déception du fan, comment arrivez-vous à gérer cela ?

En prenant beaucoup de recul et en me focalisant sur l’origine des choses. C’est le revers de la médaille. On ne s’appartient plus vraiment et c’est dérangeant quelque fois de ne pas pouvoir jouir du privilège de l’anonymat en toutes circonstances .

Mais c’est comme avec son ou sa chéri(e). On s’embrouille le matin , pour mieux se réconcilier le soir. (sourire)

 

Le titre de « Diva du zouk » dont vous bénéficiez est-ce une forme de reconnaissance ou un poids au quotidien?

Les deux, tous dépend du sens que l’on lui attribue et à la personne qui me présente comme telle. Et tous dépend de comment la majorité perçoit ce mot également.

Parce que pour moi une « Diva » c’est une chanteuse à voix et une interprète hors pair. Mais pour d’autres, la Diva est quelqu’un d’arrogant , de capricieux et un peu bébête sur les bords. Donc vraiment ça dépend de mon interlocuteur. 

 

Qu’est-ce qui vous permet de garder les pieds sur terre ?

Mon entourage proche, comme ma famille, amis d’enfance et tous ce qui me rappelle qui j’étais avant de faire ce métier. 

 

 

Avec Warren vous formez le duo Zouk par excellence, mais quelle place occupe t-il dans votre château de mélodie? Ami, amant ou mentor ?

C’est un ami et un mentor (…) Pour le reste, mystère et boule de gomme.

 

Est-ce une valeur sûre pour vous de le compter dans votre équipe ?

Son curriculum vitae parle à sa place. Il est auteur et co-compositeur de plusieurs titres à succès. En 17 ans de carrière il a su se renouveler et perdurer pour proposer encore et toujours de nouvelles choses au public donc c’est un grand Oui. 

 

On reproche souvent au Zouk contemporain de se complaire dans les peines de cœur  et  de manquer d’authenticité. Pensez-vous  avoir apporter une plus-value à ce dernier ?

Le zouk contemporain est aussi souvent appelé: « Zouk love». Dans cette mesure, il est tout à fait normal pour moi que 70 voir 90% des textes  parle d’amour. Les chansons de Country,de Rnb, de Variété française, de Soul américaine, de Rumba congolaise et bien d’autres courants musicaux  parlent également très souvent d’amour.  Elles sont justes dans une autre langue et chantées différemment. Et je m’inscris fièrement dans cette lignée d’auteurs et interprètes. J’apporte  juste ma plume au long débat sur les relations amoureuses.

 

Justement, vos titres font souvent l’apologie/l’éloge de la femme indépendante, forte et rebelle mais toujours amoureuse (Je l’aime, Pas ce soir, Okay, Sa ké ay...). N’êtes-vous pas un brin féministe ? Où est-ce une aspiration personnelle?

Malgré ce que l’on peut penser, tous mes textes ne sont pas auto biographiques. De part ma culture créole, LA Femme se doit d’être un « poto mitan » comme on dit chez nous. Mais je ne suis pas féministe pour autant. Je veux juste la parité dans le couple sans perdre en route le romantisme des premiers jours. 

 

Votre dernier album date de 2010, comment avez-vous vécu la période de calme après l’excitation liée aux premiers albums ?

Cela m’a permis de mettre à jour pas mal de choses dans ma vie privée et ça m’a permise d’être plus présente pour mes proches. Parce que pendant 3 ans je n’ai pas eu une minute à moi. J’avais besoin de calme pour me remettre dans le bain, même si je continuais à évoluer sur scène pendant cette période. Et je pense avoir su mettre ce temps à profit. 

 

Aujourd’hui vous revenez avec un premier single « Aucune larme» annonçant l’arrivée de votre album « Mes vérités ». En quoi cet album sera-t-il différent des précédents ?

Cet album est singulier car il est totalement autobiographique. A la manière d’une adolescente dans son journal intime. Je chante mes déceptions, mes rêves et mes joies, en laissant transparaitre la réalité de mes sentiments.

 

Avec comme titre « Mes vérités » fera-t-il foi de mise au point ?

Non, juste de transparence .  Il ne s’agit pas d’un album règlements de compte, bien que j’y livre mes états d’âmes. Je montre simplement ce qu’il y a vraiment sous la coquille. (sourire)

 

Annoncé comme autobiographique, ne craignez-vous pas une surexposition de votre vie, de vos états... ?

Pas vraiment, j’ai pesé le pour et le contre avant de faire cet album.

Il y a quatre ans,  je n’aurais pas pu écrire des titres comme Matelot ( le deuxième single de Mes Vérités) qui parle de mon ex qui m’a largué par texto. 

Aujourd’hui, je le chante avec beaucoup plus d’humour que d’amertume et je l’assumerai, quoi qu’on en dise. Car en définitif tout le monde y va de sa petite histoire, chaque jour sur tweeter ou Facebook. So, why not ? (rires)

 

Que souhaiteriez-vous qu’on garde de vous ?

Mes chansons et mon sourire .

 

Crédits photos : Xavier Dollin.

 

 

Please reload

Please reload

À lire aussi...