© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

DES CLICHÉS TOUJOURS AUSSI VIFS.

02/12/2015

 

Seul 11% des jeunes Français  de 15 à 24 ans se considèrent mal informés sur le VIH. Mais ils sont 50 % à manquer de précisions sur les traitements. 

Être séropositif et avoir le sida, c’est différent : Le sida (syndrome de l’immunodéficience acquise) est dû au VIH (virus de l’immunodéficience humaine), qui affaiblit le système immunitaire en s’attaquant à des globules blancs, ce qui rend les personnes contaminées vulnérables aux infections. On parle alors de personnes séropositives. Le sida apparaît lorsque l’organisme n’est plus en mesure de combattre ces infections.

 

On ne peut pas guérir du sida aujourd’hui : Plus d’un quart des 15-24 ans pensent qu’il existe des médicaments pour se débarrasser de la maladie. C’est faux. En revanche, des traitements permettent de contrôler le virus et de vivre avec. La trithérapie associe trois antirétroviraux qui bloque la multiplication du VIH dans l’organisme. L’intérêt : obtenir une charge virale indétectable afin de restaurer le système immunitaire.

 

Homos, Hétéros, même combat : Depuis 2008, l’épidémie se stabilise. Les chiffres les plus récents datent de 2013, année pendant laquelle 6 372 personnes ont découvert leur séropositivité en France. Or, seuls 42 % étaient des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Plus de la moitié (56 %) des nouveaux cas résultent donc de contaminations par des rapports hétérosexuels, 37 % des hommes infectés l’ont été au cours d’un acte hétérosexuel (98 % chez les femmes). Ombre au tableau : les hétéros se font dépister plus tardivement. Quatre sur dix attendent l’apparition des symptômes et ne sont diagnostiqués qu’au stade sida. 

 

Moins de jeunes contaminés : Entre 2003 et 2013, la proportion de jeunes de moins de 25 ans contaminés n’a pas évolué de manière significative. Chaque année, environ 10 % des nouvelles découvertes de séropositivité concernent les 15-24 ans (deux jeunes touchés par jour). Et seuls 33 % des étudiants français utilisent systématiquement un préservatif lors d’un rapport sexuel (contre 41 % en 2013). En outre, 38 % se font dépister systématiquement lorsqu’ils changent de partenaire.

 

Les seniors aussi touchés : En 2013, 18 % des personnes ayant découvert leur séropositivité avaient plus de 50 ans (contre 13 % en 2003, et 70 % pour les 25-49 ans). L’âge est en effet un facteur de risque : plus l’on vieillit, plus les muqueuses sont perméables au virus. Surtout, les seniors sont 88 % à ne pas se sentir concernés par le VIH. Résultat : ils se font moins dépister que les jeunes et sont plus réticents à utiliser un préservatif.

Please reload

Please reload

À lire aussi...