© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

DINAW MENGESTU, TOUS NOS NOMS.

05/01/2016

 

"David pense que pour m'en raconter si peu sur toi, tu as dû commettre une chose épouvantable avant de venir ici. Je ne lui ai jamais avoué que j'avais des doutes sur ton identité. Il m'aurait suppliée de ne jamais te revoir, et c'est sans doute pour cette raison que je me suis tue. Quant à savoir comment tu arrives à vivre ainsi, ça me dépasse. J'ai passé toute mon existence ici et, même si je partais, je continuerais sûrement à me considérer comme Helen, Helen de Laurel."

 

Isaac, jeune étudiant Africain, fuit la guerre civile de son pays et s’exile aux États-Unis dans le cadre d’un programme d’échange. Dans l’Amérique post-raciale des années 1970, il est accueilli par Helen, une assistante sociale qui le prend rapidement sous son aile. Très vite, une idylle s’installe, troublée par les secrets du passé d’Isaac - les actes qu’il a commis dans son pays, ce qu’il a laissé derrière lui et qui reste inachevé.  Ni Helen, Américaine du Midwest qui, en tombant amoureuse de lui, voit ses préjugés voler en éclats et tente de s’élever contre les inégalités raciales qui persistent dans sa propre communauté, ni le lecteur ne connaissent le vrai nom d’Isaac : il l a laissé derrière lui, en Ouganda, avec les promesses d’une révolution réprimée dans le sang par la future dictature, abandonnant aussi son ami le plus cher, qui n’a pas hésité à tout sacrifier pour assurer sa liberté. Plus qu’à l’exactitude historique, Dinaw Mengestu vise avant tout à l’universel à travers ces trois héros magnifiques confrontés aux incertitudes d’un pays en devenir. Du chaos de l’Afrique de l’Est à la solitude du Midwest, microcosme d’une Amérique déchirée entre la culpabilité de la guerre du Vietnam et la difficulté à s’affranchir de son récent passé ségrégationniste, son écriture intime et mélancolique, mêlant les voix d’Isaac et d’Helen, saisit les paradoxes de l’Histoire et de l’identité avec une puissance et une intelligence hors du commun. Événement littéraire aux États-Unis, Tous nos noms est sans doute le livre le plus ambitieux, et le plus émouvant, de l’auteur des Belles choses que porte le ciel. Roman de la maturité, où l’évocation d’une amitié mise à mal par l’Histoire se confond avec le portrait d un continent déchiré, ce récit envoûtant pousse plus loin encore l’exploration de l’exil et du déracinement.

 

Tous nos noms, de Dinaw Mengestu, édition Albin, 22€.

 

Please reload

Please reload

À lire aussi...