© 2017 by Agence Runway

CONTACTEZ-NOUS
ABONNEZ-VOUS
RÉSEAUX SOCIAUX
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Tumblr - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

FOCUS SUR L'ESSENTIEL

 

‘‘ Vite, vite, dépêches toi! Je n’ai pas le temps! Je suis débordé(e) ! Qui dans sa vie professionnelle ou personnelle n’a pas prononcé une de ces phrases au moins une fois ? Tout va vite, toujours plus vite, l’exigence vis-à-vis du temps devient régulière, tout s’accélère. Le temps de rien, le temps devient un grand tout et dévore nos jours. Alors si vous avez levé la main, peut-être avez-vous déjà, le temps de quelques secondes, dans les embouteillages ou dans une file d’attente, pris le temps de vous demander mais pourquoi? Dans quel but ? Quel est le sens de ma vie ? ’’

 

Si aujourd’hui nous ressentons de plus en plus cette oppression du temps, cette sensation que la terre tourne plus vite, car oui ses vibrations sont passées de 8 hertz à 17 hertz (résonance de Schumann). Le temps s’accélère, les questions s’amplifient, et nous sommes poussés vers un but : revenir à l’essentiel, à ce qui importe, aux valeurs et au sens que nous souhaitons donner au quotidien quand nous nous levons le matin. L’essentiel – un mot si simple, qui pourtant peut se définir de maintes manières différentes. Pour certains, cela peut passer par une envie de ne pas étouffer notre instinct derrière les technologies et le commercial ou de s’accorder la liberté de choisir la voie du cœur et non forcément celle de la raison. L’essentiel peut aussi se décliner par un désir de donner la priorité à notre être spirituel et laisser en sommeil notre côté matériel. L’essentiel passe aussi par le désir et l’envie de revenir au plaisir de manger, de se cuisiner de bons petits plats, de savourer des mets, de partager un vrai repas. D’ailleurs, n’est-ce pas aussi la raison pour laquelle le «slow food », c’est à dire prendre le temps de manger, de mastiquer, de déglutir, prend son envol ? En effet, il nous rappelle que pour savourer un aliment et ressentir la satiété, nous devons prendre conscience que nous mangeons et nous focaliser sur nos aliments. Il en va de même pour notre consommation de boissons, et cette apogée du « green ». L’art de la médiation et du retour à soi, sont d’autres formes de ce « retour » à l’essentiel. Il en est de même lorsqu’on s’accorde un temps de décompression, de dialogue avec son fort intérieur. Comme si l’on apprécierait un tableau, se délectait devant l'art ou s'attendrissait devant le sourire d'un enfant... Juste le temps de faire une «pause sur image », et parfois trouver les réponses à ces questions qui nous turlupinent le soir dans notre lit. C’est ainsi que pas à pas, nous commençons à penser autrement. Et cet autrement finit par se refléter dans nos actions quotidiennes telles que notre manière de consommer, peut-être plus en conscience, et que nous investissons autrement. L’investissement se veut collaboratif avec l’avènement des plateformes de financement de type « crowdfunding ». Il suffit d’investir en ligne, pour donner un don ou une contribution pour qu’un projet citoyen aboutisse, rassurons-nous, le citoyen acteur à de beaux jours devant lui. Tout comme l’espace de travail, si l’on prend pour preuve la création de ces espaces de travail en commun « coworking ». En Guadeloupe, nous dénombrons un espace de coworking le SPOT à Jarry, et une plateforme dédiée aux projets ultra marins : FEEDELIOS. Les cagnottes, le troc voient leurs essors, de même que le don du temps. Une belle illustration se retrouve sur la plateforme Yakasaider sur laquelle son « temps » ainsi que ses compétences deviennent des valeurs d’échanges et de partage.

 

 

« Ne plus perdre sa vie à la gagner » Marx. La génération des late bloomers l’a compris et le vit. Traduit au sens littéral par « plante à floraison tardive », ces personnes s’accomplissent sur le tard, mais sont en quête d’un véritable accomplissement personnel. Ils découvrent leur voie, leur accomplissement plus tard que les autres. L‘important – après tout - n’est-il pas de s’épanouir à son rythme ? Une fois dépassé le regard des autres, la déception des proches, claquer la porte aux jobs de rêves, à ce saint Graal qu’est la « carrière toute tracée », il en vient la réalisation que le plus important n’est en effet non pas le regard et l’approbation des pairs, mais bien celui que l’on pose sur soi. Et, comme le perçoit Catherine Taret auteure d’ « Il n’est jamais trop tard pour éclore » ; toutes ces rencontres et ces expériences enrichissent l’être, et de fait nous font « pousser». Les jeunes diplômés sont de moins en moins en quête du poste à Millions et à haute responsabilité, et plus en quête de « sens » pour leur travail. Plus qu’aligner des zéros sur les chèques de fin de moins, le plus important réside dans la quête d’utilité sociale qui leur apporte de la satisfaction personnelle. Ils ont compris qu’il ne suffit plus de courir après des résultats éphémères, des heures supplémentaires facturées double, qu’une augmentation ne remplace pas la satisfaction d’un développement personnel et d’être en phase avec sa vie.

 

Ah cette quête du « sens » - « A purpose-driven life » ! Revenir aux métiers qui ont du sens. Les métiers de demain ne sont à 70% des métiers de demain ne sont pas encore inventés, réalisés ou créés ou tout simplement nous retournerons aux métiers qui ont du sens. Et pour les trente autres pourcents ? Sur notre archipel, cela se matérialise aussi par le un retour en force aux des métiers traditionnels, le plus souvent en lien avec la terre. Ces métiers sont matériellement palpables et de fait donnent une satisfaction immédiate à celui qui l’exerce. Tout comme ces métiers qui ont de l’avenir et ne pourront être remplacés par une machine. Nous assistons à une floraison de métiers autour de l’encadrement personnel dit «Coaching», pour guider ses pairs à atteindre un but, à changer de cap professionnel ou personnel. On se laisse désormais guider par sa passion et ce, même après avoir passé la trentaine. Prenons l’exemple de Stéphanie LANTIN, 33 ans guadeloupéenne, qui a choisit de s’installer à Zurick pour devenir « Coach de vie ». « Depuis le plus jeune âge j’ai du faire face à de nombreux changements : divorce de mes parents, adaptations à de nouvelles cultures et une décennie de hauts et de bas suite à une relation qui m’a fait touché le fond et s’est soldée par un divorce. Cependant c’est la façon dont j’ai surmonté ces épreuves qui a révélé une force en moi que je ne soupçonnais pas. Cette force est née d’un nouvel amour de moi-même et d’une plus forte connexion créée avec mon entourage et surtout ma famille. Je veux être l’inspiration, le réveil, le guide pour faire découvrir aux gens que c’est en étant vulnérable que l’on crée des relations significatives, que c’ est en s’aimant d’abord que l’on peut mieux prendre soin de l’autre et que nous sommes seuls responsables de notre bonheur et personne d’autres. On ne peut pas contrôler le vent mais on peut apprendre à contrôler la voile. » Son travail l’amène à interagir principalement avec des femmes entre 25 et 40 ans, fatiguées de jouer le rôle qu’elles pensent devoir tenir dans une société de plus en plus exigeante. Stéphanie les aide à se (re)découvrir et à exprimer qui elles sont, afin de vivre une vie authentique, qui a du sens et vaut la peine d’être vécue. Alors, si aujourd’hui plus que demain a du sens, prenons le temps en tournant la page de se demander : « Somme nous « bien » - à notre place ? ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Please reload

À lire aussi...